Le Fils de l'Homme

selon les Réponses de Abdruschin


Récapitulatif de la page "Le Fils de l'Homme"

Sur cette première page consacrée à la Quête du Fils de l'Homme nous avons, tout d'abord, voulu approfondir la Notion de Fils de l'Homme et tenté de savoir si les Notions distinctes Fils de Dieu et Fils de l'Homme doivent - conformément à l'opinion largement dominante - se rapporter à la seule Personne du Christ, ou bien, au contraire, correspondent aussi à deux Personnes tout à fait distinctes, elles aussi.

Nous avons aussi considéré - tout en sachant bien sûr, qu'il ne peut y en avoir qu'un Seul! - les Personnages terrestres de l'époque contemporaine (depuis le XIXème siècle) pouvant éventuellement être considérés comme une Incarnation du Fils de l'Homme, soit parce qu'ils l'ont dit d'eux-mêmes soit parce qu'au moins une partie de leurs disciples ou adhérents les a/ont considérés ou les considèrent encore comme tels.

Evidemment, si quelqu'un dit de lui qu'il est le Fils de l'Homme cela ne  suffit pas pour qu'il en soit ainsi, de sorte qu'en réalité s'il ne l'est pas, comment faut-il le considérer? Ne s'agit-il pas des faux prophètes, au sujet desquels Abdruschin explique:
"Reconnaître les faux prophètes à l'Heure juste ne sera pas trop difficile aux êtres humains, étant donné qu'ils doivent le vivre d'expérience sur eux-mêmes, afin de parvenir à la Reconnaissance, parce qu'auparavant, en effet, ils ne croiraient pas à des paroles.

Toute l'œuvre de ces êtres humains qui, en tant que faux prophètes, ont promis aux êtres humains quelque chose qu'ils ne peuvent pas leur donner va s'effondrer de par son inconsistance, ou ne pourra même pas surgir, ce par quoi l'humanité doit reconnaître, même au prix d'une amère expérience, qu'elle a accordé sa confiance à de fausses promesses, qu'elle a cru à un pouvoir feint, qui n'existait pas.

Ceux-là sont donc les véritables faux prophètes, qui sont mentionnés dans l'Annonciation [NDLR: L'Annonciation en question semble être celle de Jésus au sujet des faux prophètes], puisque à ceux qui croient en eux devra échoir une amère expérience en une douloureuse déception." (R2-9)

Le critère permettant de reconnaître la Vérité est donc simple: de par sa propre inconsistance, ce qui est faux s'effondre de soi-même, et cet effondrement s'avère salutaire, puisqu'il permet à ceux qui s'était aventuré sur de fausses voies de reconnaître, par expérience vécue, qu'ils suivaient un faux chemin conduisant vers un cul de sac!

A de tels faux prophètes s'applique, bien évidemment, la recommandation terminant la page précédente: "Ne les écoutez-pas!".

Plus d'enseignements au sujet du Fils de l'Homme

Au cours de cette quête nous avons pris conscience du fait que, d'un point de vue théologique, dans l'approfondissement de la Notion, un auteur "surnage" largement, parce que, dans son œuvre, introduisant de nouveaux aperçus, il a précisément traité le sujet du Fils de l'Homme de manière tout à fait originale, développée et cohérente, beaucoup plus, parmi tout ce que nous avons trouvé, que partout ailleurs.

Dans cette vision largement nouvelle, le Fils de l'Homme n'est pas seulement un autre Nom pour désigner le Fils de Dieu Jésus mais permet, au contraire, de découvrir un nouveau Personnage jusque là, en tant que Personne, largement ignoré des religions et des théologiens, de sorte que ce renouveau conceptuel relatif au Fils de l'Homme puisse apparaître, en particulier pour les croyants traditionnels des églises, comme une véritable révolution théologique...

Combien Dieu a-t-Il de Fils?

La question peut surprendre... Car beaucoup de lecteurs sont habitués à lire, entendre ou même à réciter le Credo catholique disant "Je crois en Dieu et en Son Fils unique Jésus-Christ". L'idée que Dieu puisse avoir un deuxième Fils apparaîtra complètement révolutionnaire à beaucoup. Et pourtant... à quel point cette conception est logique et cohérente et en harmonie avec toutes les données de base, c'est ce que nous allons progressivement découvrir...

Le Fils de Dieu Jésus a annoncé le Fils de l'Homme, cela est bien connu. A ce sujet l'on pense souvent à - comme annoncé par l'Apôtre Luc - la Venue du Fils de l'Homme "sur les nuées". Mais le fait que Jésus ait aussi annoncé la Venue du Fils de l'Homme sur la Terre est beaucoup moins connu. Pourtant, lorsque l'on approfondit les Paroles de Jésus dans les Evangiles, La Venue sur la Terre du Fils de l'Homme devient une chose beaucoup plus évidente...

Les questions posées à Abdruschin au sujet du Fils de l'Homme et ses réponses

Dans la Réponse à la question n°13 "De sources variées, dans de nouveaux livres, il est indiqué qu'un jour l'époque des hommes-dieux sera venue, l'époque des êtres humains terrestres parfaits. Est-ce l'Epoque du Royaume de Mille Ans?", parue, en 1926, dans les "Gralsblätter",  Série 1, Cahier  7, intitulée "Gottmenschen" ["Hommes-Dieu"], Abdruschin déclare:
"Ce n'est pas l'époque des hommes-dieux qui arrive, mais l'Epoque de l'Homme-Dieu! C'est ici que réside, de nouveau, l'erreur, dans la tentative de généralisation d'une Promesse personnelle, jusqu'ici incomprise.
Jamais il ne pourra y avoir d'hommes-dieux, en dehors de l'Unique Qui soit issu de Dieu. Emmanuel, le Fils de l'Homme. Les êtres humains de Noblesse les plus parfaits, au cours de leur Accomplissement le plus élevé, de par la nature {même} des Choses,  ne peuvent seulement devenir que des hommes-esprits, mais jamais divins.".
Dans cette réponse nous apprenons donc l'existence de l'Homme-Dieu et que celui-ci est aussi le Fils de l'Homme et que Son Nom est Emmanuel, Nom signifiant "Dieu avec nous". Naturellement ce Nom (qui est aussi ce lui de l'auteur du "Livre de Vie de l'Agneau") rappelle celui figurant dans la célèbre Prophétie d'Isaïe:
"C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un Signe: Voici, la Vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom de Emmanuel." (Isaïe, VII, 14.)
Une Prophétie ainsi reprise par Matthieu:
"Vois, une Vierge sera enceinte et enfantera un Fils et ils Lui donneront le Nom de Emmanuel, ce qui se traduit par: Dieu avec nous!".  (Matthieu, I-23.).
Un peu plus tard, vers juin-juillet 1927, un lecteur des premiers exposés publiés par Abdruschin questionne Abdruschin en ces termes: "Abdruschin veut-il, avec ses Explications au sujet du "Fils de l'Homme", attirer l'attention sur une Personne déterminée?".

Et, à cette question, voici la réponse de Abdruschin:
"Non! Afin que l'auditeur et le lecteur puissent emprunter la juste Direction, je veux indiquer, tout particulièrement, que mes Indications au sujet de différents Points considérés autrement que de la façon généralement admise jusqu'ici, comme, par exemple, au sujet du Fils de l'Homme, dont la distinction, du point de vue de la Notion, avec le Fils de Dieu, parait nouvelle à beaucoup de lecteurs, ainsi qu'au sujet de beaucoup d'autres choses {encore}, ne sont, en aucune manière, de la prévision, et encore bien moins de la prophétie. De cette manière l'attention ne peut pas non plus être attirée sur une Personne déterminée!"
Selon Abdruschin la question du Fils de l'Homme doit donc être abordé de façon purement objective et non pas de façon personnelle. Il le confirme d'ailleurs lui-même dans la suite de sa réponse:
"Tous mes Traités sont de genre purement objectif, édifiés sur la Pensée humaine-logique, ce par quoi je m'efforce de ne pas abandonner le Terrain solide de la Logique objective. Ils ne reposent pas sur des communications médiales ou des processus similaires. Mais c'est aussi la raison pour laquelle ces Exposés exigent et supportent, de la part de chaque lecteur et auditeur, d'être examinés à fond, en toute indépendance. Chacun doit constamment s'examiner pour savoir si, en cela, il peut ou non suivre avec conviction, il doit aussi n'accueillir que ce qu'il tient pour juste, en fonction de son éclairage personnel et diversifié.

L'absence de lacunes ne se révélera que lorsque j'aurai encore achevé un nombre plus important d'Exposés."
NDLR: Ce moment a probablement été atteint lors de la deuxième édition de l'œuvre "Dans la Lumière de la Vérité" appelée "Grande Edition" et publiée en septembre 1931.
"Je ne donne moi-même pas beaucoup dans les Prophéties, mais je reprends, parfois, tel ou tel Communiqué à ce sujet, pour voir si, en suivant une telle pensée, elle peut être justifiée, de quelque manière, par un Processus naturel. Car, là où ce n'est pas le cas, alors cela peut aller jusqu'à la confusion {découlant} de la fantaisie la plus malsaine.

C'est pourquoi chaque lecteur doit aussi
sérieusement y réfléchir, et, par là-même, contribuer à clarifier les confusions, {et} à dévoiler les fantaisies." –  (R.-Q. 19: "Qui est le Fils de l'Homme?" - "Gralsblätter", Série 2, Cahier 3-4-5.)
Chaque lecteur doit sérieusement réfléchir à ce qui est dit dans les prophéties, contribuer à clarifier les éventuelles confusions, et dévoiler les éventuelles fantaisies. Aussi, demeurons vigilants!

Plus tard, arrive la question n°68: "Dans la Réponse à la question, sur le dernier Cahier, {sur le sujet de savoir} si Abdruschin est un voyant, Il {indique qu'Il} refuse de répondre à des questions de ce genre comme étant de la curiosité et donne une Réponse dont le sens est, certes, exact et correspond à la Vérité, mais qui devrait, pourtant, être beaucoup plus nette.".

Extrait de la réponse:
"Un mélange de la Parole avec la Personne détourne absolument une partie de l'attention, de la Parole sur la Personne. Cela ne nuit, certes, pas à la Parole, {et} pas non plus au Porteur de cette Parole, mais bien, toujours, à celui qui veut accueillir, en lui, la Parole, sans partage et non influencé. C'est aussi pour cette raison, uniquement, que je continue de laisser de telles questions sans Réponse, jusqu'à ce que se mette en place une autre Epoque, dont l'attente n'exige plus beaucoup de patience.".
"Celui qui veut entendre, (celui-là) entendra aussi ainsi, quant à l'autre, il ne serait pas plus aidé par un plus grand aller-au-devant {de lui}. Ainsi, ceux-là, au moins, demeurent préservés, peut-être, de se charger d'un nouveau karma, dû à une raillerie inconsidérée, pour laquelle ils auraient dû, un jour, amèrement se repentir." (11-04 - "Pendeln" - "Pendule" - "Der Ruf" - "L'Appel" - Cahier 8-9.)
Encore plus tard, au début de l'année 1928, un lecteur questionne à son tour et demande: "Abdruschin ne refuse pas {le} spiritisme et {les} phénomènes occultes, en principe, mais seulement la manière actuelle de les pratiquer. Y a-t-il donc une Pierre de Touche à laquelle l'on puisse reconnaître lequel des nombreux cercles suit un Chemin juste, et lequel aussi a atteint une certaine Hauteur?".

Et la réponse de Abdruschin commence ainsi:

"Cela existe évidemment, mais, pour les êtres humains, toujours uniquement jusqu'à un degré tout à fait déterminé. Aujourd'hui, tout est encore trop confus et la fausseté se niche dans pratiquement tous les cercles. C'est pourquoi je ne donne aucun Conseil à ce sujet. Mais, à partir des premiers Jours du Jugement, seuls existent la Parole du Fils de l'Homme et {le Fils de l'Homme} Lui-même.".

Si l'on accepte, au moins à titre de base de réflexion, ce qui est dit là, cette assertion est importante pour savoir:

- Quand commence le Jugement...

- Quelle est la Parole du Fils de l'Homme

- Qui est le Fils de l'Homme.
La suite de la réponse est également de grand intérêt:
"Les Cercles qui reconnaissent la Parole sont sur le bon Chemin, dans l'En-deçà et dans l'Au-delà, en cela il n'y a pas de différence, Elle vaut pour tous.".
Cette phrase donne clairement à penser qu'au moment où l'auteur s'exprime la Parole existe déjà sur la Terre.

Ensuite il aborde un cas particulier, celui des clairvoyants:
"Quant aux clairvoyants qui reconnaissent le Fils de l'Homme, ils possèdent des Facultés pures. lls pourront voir, en Lui et autour de Lui, des Choses qu'aucun autre ne peut avoir autour de lui, parce que, précisément, une simulation de ces hauts Signes est tout à fait impossible.".
Le véritable Fils de l'Homme est reconnaissable par des clairvoyants capables de voir en Lui de hauts Signes apparemment destinés à L'authentifier sans aucun doute.
"Et, de ce fait, dans la Reconnaissance, ils ne peuvent, en définitive, plus, non plus, s'égarer. Mais, pour ceux qui ne sont pas purs de cœur, la faculté de la clairvoyance, {elle} aussi, est vaine et funeste."
Relativement à la {clair}voyance, une importante indication: Sans une parfaite pureté de cœur, la voyance est "vaine et funeste".
"Purs de cœur, nombreux sont, maintenant, ceux qui s'imaginent {l'être}, alors qu'ils ne le sont pas du tout, mais, en une fausse Humilité, {ils} vivent intérieurement sans souci{s}. Parmi eux [NDLR: Il s'agit des voyants] aussi, Elle [NDLR: Il s'agit de la Parole] apporte, alors, simultanément une Scission."

"Les êtres humains chercheurs peuvent, toutefois, être complètement tranquillisés, au dernier Instant, {celui} du danger et de la détresse suprêmes, la substitution d'un faux Fils de l'Homme est totalement impossible, parce qu'à celui-là la Force pour aider réellement ne serait pas donnée. Il ne pourrait donc apporter que {la} sagacité humaine, mais pas la Sagesse Divine, Laquelle n'est conférée qu'au véritable Fils de l'Homme. - ("Spirites" - R.Q. 70 - 11-03 - "Der Ruf", Cahier 8-9.)
La Sagesse Divine n'est confiée qu'au véritable Fils de l'Homme, rien là que de très logique!

Un peu plus tard, mais toujours au début de 1928, un lecteur questionne au sujet de Krishnamurti en demandant s'il ne serait pas le Fils de l'Homme. La question ayant déjà été traitée en détails, sur ce même site, au bas de cette page, nous n'y revenons pas ici en détails si ce n'est pour rappeler ces quelques phrases:
"Non seulement le Fils de l'Homme est déjà né, mais Il est, depuis longtemps déjà, au milieu des êtres humains, ainsi que maint Annonciateur religieux l'a déjà justement {p}ressenti.

La dure Epoque, en laquelle, pour toutes les détresses spirituelles et terrestres, Il restera l'Unique Pouvant-Réellement-Aider, parmi tous les faux prophètes et guides, se tient, cependant, déjà, beaucoup plus proche devant {nous} que ne se l'imaginent, aujourd'hui encore, les êtres humains désignés comme {des} pessimistes fantasques. Il ne peut donc plus être un enfant, ni seulement {être} encore à naître.

Ce serait beaucoup trop tard pour {offrir} un Secours {arrivant} en temps opportun.

Il attend donc tranquillement le Temps de l'Accomplissement de Sa Tâche, puisque l'on sourirait de Lui, aujourd'hui, et {qu'Il} ne serait pas moins haï par de nombreux cercles que, {ne le fut} jadis, le Fils de Dieu.

Pourquoi {attendre} de Lui un "Se-Faire-Connaître" prématuré, là où la Volonté de Dieu Elle-même aplanira, pour Lui, les Chemins de sorte que, {même} parmi les durs-à-cuire, l'on implore Son Aide? Il n'a nullement besoin de prendre part à une course dont le But est uniquement le Sien! Personne d'autre en dehors de Lui ne l'atteindra."
"(...) car ce n'est qu'à Celui-ci que tient le Succès, mais pas aux êtres humains, dont la Tâche, dont l'Appel réside exclusivement dans la Reconnaissance de ce Guide!"

"Plus la détresse qui arrive progresse{ra}, d'autant plus fréquent sera le cri d'appel en direction du Fils de l'Homme, l'unique Secoureur dans la détresse." (R.-Q. 72 - 11-08 - "{Au sujet} de Krishnamurti.")

Cette réponse nous apprend donc plusieurs choses importantes...

Selon Abdruschin:

- En 1928 le Fils de l'Homme non seulement "est déjà né" mais Il est "depuis longtemps déjà au milieu des êtres humains".

- Une "dure époque" {faite} de "détresses spirituelles et terrestres" est alors annoncée.

- Au cours de cette "dure époque" seul le Fils de l'Homme sera à même de secourir au de la détresse la plus désespérée.

- La "dure époque" est alors annoncée pour un avenir très proche et même "beaucoup plus proche" que ne se l'imaginent alors les êtres humains désignés comme étant des "pessimistes fantasques".

- Si le Fils de l'Homme n'était pas terrestrement né en 1928 il arriverait "beaucoup trop tard" pour {offrir} un Secours {arrivant} "en temps opportun".

- Le Fils de l'Homme n'a pas l'intention de prématurément "Se faire connaître". S'Il le faisait avant que le Temps pour cela soit accompli, cela n'aurait pour effet que, de façon inopportune et inutile à Sa Mission, Lui attirer des railleries et de la haine, sans pour autant faire avancer la Cause de la Lumière d'un seul pas.

Naturellement ces affirmations posent plusieurs inévitables questions, dont celles-ci:

- Si le Fils de l'Homme était "depuis longtemps déjà" sur la Terre en 1928, qu'en est-il aujourd'hui (en 2019)? Est-Il toujours sur la Terre (Si oui, Il serait alors plus que centenaire!)? Ou a-t-Il quitté la Terre? Ou bien est-Il de nouveau sur la Terre?

- Dans l'hypothèse où Il aurait, entre temps, quitté la Terre, qu'est-ce que cela pourrait vouloir dire?

- La "dure époque" alors annoncée comme "beaucoup plus proche" que ne se l'imaginent les plus "pessimistes fantasques" est-elle déjà arrivée? Ou bien est-elle encore à attendre?

- Etc.

Un peu plus tard, mais toujours dans la première moitié de l'année 1928, un autre lecteur questionne:
"Abdruschin dit que la Légende du Graal serait une Prophétie. Cela m'est bien compréhensible. Mais son Message du Graal décrit le Fils de l'Homme - Parsifal, sévère jusqu'à la dureté, tandis que, dans le Poème du Graal, au contraire, il est parlé du "Pur Fou": "Sachant par Compassion"!".
La question de ce lecteur elle-même est déjà porteuse d'enseignement: "Parsifal" (Nom qui rappelle le célèbre opéra "Parsifal" de Richard Wagner lui-même inspiré du "Parsifal" de Wolfram von Eschenbach) serait un autre Nom du Fils de l'Homme.

La réponse de Abdruschin est un enseignement au sujet de Parsifal:
"Dans la juste Rigueur, uniquement, réside l'Amour Promoteur! En outre, vous comprenez mal les Mots: Sachant par Compassion. Que Parsifal soit un Combattant, {voilà qui} n'a certes pas besoin d'être spécialement indiqué. Alors, réfléchissez vous-même, une bonne fois, tout à fait tranquillement, {et tout à fait} objectivement: Quelqu'un peut-il, par compassion envers les autres, réellement devenir sachant par soi-même? Par le co-sentiment s'apitoyant, {tel qu'il est} pensé par vous, et, assurément par bien d'autres aussi.

Réfléchissez-y profondément, vous en arriverez, pour finir, à la conviction qu'un réel Savoir ne peut pas naître de la sympathie. Par conséquent, cette interprétation est fausse.

Maintenant, considérez-le d'un autre point de vue, alors vous arrivez à {découvrir} comment cela doit être interprété et compris, comment cela a été signifié depuis le début. Cela veut dire: "Sachant par Co-souffrance"! Voilà qui est plus juste. {La} Compassion, c'est véritablement Souffrir-avec! Pas seulement sympathiser au cours de la souffrance des autres, mais, {très} exactement, soi-même souffrir avec, parmi les d'autres. En une expérience vécue personnelle tout devoir {res}sentir! C'est quelque chose de tout à fait différent.

Il est aussi encore suffisamment distinctement exprimé, dans la Légende ou Prophétie, malgré les déviations par rapport à la véritable Inspiration, du fait de la collaboration du cerveau humain du Poète lors de la transmission, que le Parsifal promis doit Lui-même vivre d'expérience, en {les} combattant, toutes les erreurs terrestres, pour souffrir à cause d'elles, {tout} comme beaucoup d'autres. Ce n'est qu'ainsi qu'Il devient, finalement, réellement Sachant à l'égard de ce qui y est faux et {de l'Endroit} où Il doit, ensuite, intervenir, au Commencement de Sa véritable Tâche, en secourant et transformant!

Que, sous le rapport spirituel, en tant que "Pur Fou", Il endure tout, dans Son incompréhension originelle des points de vue terrestres, parce qu'Il oriente involontairement Sa Pensée et, de ce fait, aussi Ses Actes, de façon prépondérante, en fonction de la juste Echelle de l'Au-delà, lesquels, devinrent incompréhensibles pour cette humanité au cours des millénaires ratés, et {qu'Il} devait donc absolument entrer en conflits avec les opinions de cette humanité, n'est pas difficile à comprendre, parce qu'Il venait, en effet, d'un Monde tout à fait différent, qui vit selon les Lois Divines Originelles, lesquelles, en beaucoup {de choses}, sont fondamentalement différentes des lois que les êtres humains spirituellement égarés, se sont inventées, ici sur Terre.

Qu'Il soit, de ce fait, alors, devenu sévère et que, finalement, à l'Heure de Sa Tâche, de manière tout à fait inexorable, Il infléchisse et modifie tout le terrestre, en fonction des Lois Divines, est, de même, {tout aussi} naturel."  ("Sachant par compassion" - R.-Q. 11-09 - "Der Ruf" - Cahier 8 et 9.)
Dans la réponse 75 "La Sainte Croix - L'Instructeur des Mondes", concernant le Fils de l'Homme il est dit:
"Et comme le Fils de Dieu {déjà} envoyé, et le Fils de l'Homme arrivant maintenant, sont les (tout à fait) seuls Porteurs de la Vérité inaltérée, La portent en Eux, Tous Deux doivent, conformément à la Nature, porter, aussi, indissociablement, la Croix en Eux et sur Eux, donc être Porteurs de la Croix de Rayonnement, Porteurs de la Vérité, Porteurs de la Rédemption, qui repose dans la Vérité, pour les êtres humains. Ils apportent la Rédemption dans la Vérité à ceux qui L'accueillent, qui donc suivent le Chemin indiqué. - Que vaut, à côté de cela, tout discours sagace des êtres humains? Il passera à l'heure de la détresse." (11-10 - "Das Heilige Kreuz" - "La Sainte Croix" - 11-10-02 - "Der Weltenlehrer" - "L'Instructeur des Mondes").
Dans la même réponse, un peu plus loin:
"Celui Qui Se tient dans la Force et dans la Vérité", est-il dit du Fils de Dieu. La Force est la Volonté de Dieu, le Saint Esprit. Sa Forme visible est la Colombe. La Forme visible de la Vérité est la Croix rayonnant autoactivement. L'on vit les deux {Signes}, vivants, sur le Fils de Dieu, parce qu'Il Se tenait en Eux. C'était donc, chez Lui, une naturelle et évidente Manifestation.

Les mêmes {Signes}, on Les verra aussi chez le Fils de l'Homme! La Colombe, au-dessus de Lui, la Croix du Rédempteur, derrière Lui; car Il est, à Son tour, inséparablement lié {avec} Elles, en Sa Qualité de Porteur de la Vérité, "Qui Se tient dans la Force et dans la Vérité"! Ce sont les Signes infaillibles de Son authentique Mission pour l'Accomplissement  des Promesses. Les Signes qui, à jamais, sont inimitables, (sont) impossibles à anéantir, {des Signes} avertisseurs, et qui, en dépit du caractère terrible de leur Gravité, {sont} aussi prometteurs! Devant eux seuls, tout à fait exclusivement, toute ténèbre doit reculer!

Regardez vers le Haut! Aussitôt que les inexorables Signes avant-coureurs de Sa Venue se s{er}ont annoncés, {et} qu'ils auront balayé le Chemin, pour Lui, des obstacles que la présomption de l'humanité y a entassés, le bandeau tombera des yeux de beaucoup, qui s{er}ont comblés {de la Grâce} de {pouvoir}
ainsi Le reconnaître! A haute voix, ils devront alors en rendre Témoignage, contraints par la Force de la Lumière.

Pas un seul des faux prophètes, et aussi faux guides, aujourd'hui encore si nombreux, ne peut subsister en face de Lui; car, dans les deux hauts Signes, que personne ne peut porter, en dehors du Fils de Dieu et du Fils de l'Homme, Dieu Lui-même parle pour Son Serviteur, toute sagacité humaine doit, ici, alors, se taire.

Faites attention à l'Heure; elle sera plus proche que tous {ne} le pensent."
Cette réponse nous apprend donc plusieurs importantes choses...

Selon Abdruschin:

- Il existe deux hauts Signes - la Croix et la Colombe - qui permettent de reconnaître un Fils de Dieu, qu'il s'agisse du Fils de Dieu ou du Fils de l'Homme.

- Les deux Fils ont la Mission d'apporter la Rédemption par la Vérité sur la Terre.

- Par les deux hauts Signes Dieu Lui-même parle pour Son Serviteur présent sur la Terre.

- Lorsque les Signes seront visibles chez le Fils de l'Homme, le bandeau tombera des yeux de beaucoup et de cette manière ils reconnaîtront le Fils de l'Homme et devront même publiquement en témoigner.

A l'évidence ces remarquables Evénements n'ont pas encore eu lieu...

Dans la réponse n°82, parue en Juin 1928, il est possible de lire:
"Le nouveau Message de Dieu, à travers le Fils de l'Homme, maintenant rendu nécessaire par les nombreuses altérations causées par les subtilités humaines au Message de Dieu, s'adresse, cette fois, en raison de l'immuable Fonction de Réciprocité, en premier lieu, à l'Esprit Allemand, qui est le plus mûr pour l'accueillir."
Il est toutefois précisé juste après:
"Esprit Allemand n'est absolument pas signifié ici dans le sens de nation allemande.". (12-05 - "Der Ruf" - Cahier 10-11-12.).
Et puis:
"Le Message de Dieu est, de nouveau, destiné à l'humanité entière, dans l'en-deça et {dans} l'au-delà, et doit être porté à l'extérieur, par l'intermédiaire de l'Esprit Allemand, comme, autrefois, le Message du Fils de Dieu, chez les Juifs."
Ainsi nous apprenons que, après celui du Fils de Dieu Jésus, le Fils de l'Homme Emmanuel est Porteur d'un nouveau Message de Dieu. Probablement ce Message est-il, depuis lors, disponible sur la Terre?

La question n°83 est celle-ci: "Il est dit: "Mais quand le Fils de l'Homme viendra pour juger..."  Le Fils de l'Homme est-Il habilité pour juger?".

Et la réponse commence ainsi:
"Dieu Seul a le droit de juger! Le Fils de l'Homme apporte, une fois encore, Sa "Parole". Et dans la Parole réside alors le Jugement! Ainsi que, cette fois, un être humain accueille la Parole, il se juge lui-même.

Chaque individu a, encore une fois, le libre choix, par la Grâce de Dieu. Sans doute, pour la dernière fois! Ainsi qu'un être humain se comporte à cet égard, soit en La récusant soit en L'acceptant, ainsi il est jugé par lui-même, puisque, ainsi aussi, la Séparation se met en place aussitôt. Attendre, c'est refuser; car une attente plus longue est impossible.

Impossible aussi le retour en arrière sur le chemin {qui a été} choisi. Il s'agit, cette fois, de se prononcer, ou bien... ou bien... Et immédiatement! L'indécison, la critique, le "vouloir-mieux-savoir" ont {trouvé} une fin.

Ce qui n'est pas tout à fait inconditionnellement en accord avec la "Parole" nouvelle s'effondrera! Une conservation de l'existant est tout à fait impossible, aussi longtemps qu'adhère encore un grain de poussière que la subtilité humaine a créée et qui n'est pas en parfait accord avec le Message. Tout à fait intangiblement, non altérée et non déformée, la "Parole" doit, maintenant, être accueillie. Des "arrangements" avec d'autres notions, il n'y en a pas! Pas plus que des "discussions"; car la Parole "est"!

L'être humain ose-t-il se placer d'un bond sur le nouveau Terrain, sans emmener l'ancien avec lui, donc dès l'instant où il accepte avec confiance la Parole nouvelle comme nouvelle Base de sa pensée et de son ressenti, non influencés par l'ancien, alors il verra rapidement, à partir de son nouveau point de vue, s'ouvrir tous les Chemins qui, jusqu'ici, lui étaient peu clairs ou fermés, et il reconnaît alors aussi par où, jusqu'ici, il s'était faussement engagé.

Il ne peut absolument pas trouver la Vérité dans la Parole nouvelle autrement que s'il se place d'abord, une bonne fois, inconditionnellement sur son nouveau Terrain! Y pénétrer de l'extérieur, il ne le peut pas! Là le retiennent beaucoup {trop} de confusions; il ne trouve pas de connexion.

A cet indispensable Bond appartient naturellement l'Effort, la Victoire {sur soi-même}, le Courage. Celui qui ne le peut pas n'atteindra jamais la compréhension. C'est pourquoi il en résulte de soi-même que seuls les {êtres} forts en eux-mêmes parviennent au But! Ceux qui sont capables de faire ce Saut. Tout l'ancien doit être laissé en arrière, car le Juste, provenant de l'ancien, se trouve, de toute façon, contenu dans la nouvelle "Parole", puisque Celle-ci provient directement de la Vérité.". (12-06 - "Menschensohn als Richter" - "Fils de l'Homme en tant que Juge" - "Der Ruf" - "L'Appel" - Cahier 10-11-12.)
Cette réponse confirme la précédente à être citée juste au-dessus. Qu'il s'agisse d'un "Message" ou d'une "Parole", le Fils de l'Homme, dont parle Abdruschin, déjà depuis longtemps présent sur la Terre en 1928, y a forcément laissé un Enseignement, lequel doit pouvoir encore être trouvé par les chercheurs d'aujourd'hui...